Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 21:23

Il y a plusieurs années, un collègue germaniste m'a expliqué qu'en Allemagne le chef d'établissement était un enseignant candidat élu par la communauté éducative.

Il en est autrement en France, le Proviseur est un carriériste qui passe 3 à 4 ans dans un établissement en attendant sa mutation dans un lycée de taille supérieure qui lui assurera un meilleur salaire, il ne fait que passer si bien qu'au cours de sa carrière un prof rencontre 4, 5 ou 6 proviseurs avec des personnalités différentes.


J'en supporté un qui ne méritait que le qualificatif d'âne remarquable, il ne sortait jamais de son bureau, peut-être pendand les vacances quand il était sûr de ne rencontrer personne, la rumeur circulait comme quoi il ne disposait qu'un vague diplôme anglais.


Arrivé à Saint-Quentin, à La Ramée, lycée qui se caractérisait par une forte proportion d'enseignantes "vieilles filles" dont certaines vivaient en couple, j'ai connu 3 proviseurs
- le premier,très professionnel et compétent, il a contribué à l'excellente réputation de La Ramée autour des années 80,

- le second transparent au point qu'il a quitté ma mémoire,

- le troisième au sujet duquel je me suis toujours demandé s'il avait enseigné un jour, seulement un jour; de nombreuses sources, d'origines différentes, affirmaient qu'il avait bénéficié du "piston" d'un élu.

Pourtant la fonction de chef d'établissement est fondamentale à la bonne marche d'un lycée : offrir aux élèves les conditions idéales pour étudier, assurer leur sécurité, être le lien entre la hiérarchie et le corps enseignants. Voilà ce qu'on attend d'un proviseur.

Les événements de La Ramée démontrent que certains proviseurs ne l'ont pas compris.

Autoritarisme excessif, brimades à répétition, exclusions jugées mal fondées, refus de recevoir les parents,... soutenus par des parents, les élèves expriment leur ras-le-bol, le bac c'est dans 4 mois !

Ce n'est pas la première fois que la proviseur, Anne-Marie Hurlin, fait la une de la presse.

Le 30 janvier 2006, Le Parisien relatait ces faits :
"VENDREDI matin, l'explosion de deux bombonnes d'acide dans la cour du lycée Lavoisier de Méru aura créé un cataclysme sans précédent dans la ville (...) S'il n'y a pas eu de blessé parmi les élèves, la longue suite d'incidents violents qui a touché le lycée, situé en plein coeur du quartier sensible de la Nacre, a fait une victime : Anne-Marie Hurlin, la proviseur (....) La décision du rectorat n'est surtout pas un désaveu, ses compétences lui vaudront un lycée d'enseignement général à la rentrée."
http://www.leparisien.fr/oise/lycee-lavoisier-comment-en-est-on-arrive-la-30-01-2006-2006697364.php

Chantilly a été son nouveau poste.

Le 30 mai 2011, Le Parisien écrivait au sujet de la grève des enseignants du lycée Jean Rostand de Chantilly :
« L'exaspération des personnels est telle que nous avons déposé un préavis de grève pour le lundi 30 mai afin d'obtenir le départ de Mme Hurlin."

«harcèlement juridique», "remise en cause de leur professionnalisme", "une très forte pression psychologique", "des menaces réitérées de plainte auprès des tribunaux à propos du moindre désaccord», tels étaient les motifs de l'exaspération du corps enseignants.

Au cours d'exercices incendie nocturnes, les internes bénéficiaient d'une demi-heure dehors pieds nus et en tenue légère.

"Le rectorat pourrait attendre le ballet des mutations en juin pour régler la question en douceur."
http://www.leparisien.fr/chantilly-60500/a-chantilly-ils-exigent-le-depart-du-proviseur-30-05-2011-1472216.php

Le 14 septembre 2011, Le Parisien écrivait que Rostand retrouvait son calme.
Mme Hurlin "est secondée par un nouvel adjoint, Geoffrey Merlot, ancien proviseur du lycée technique Mireille-Grenet de Compiègne. Son rôle va bien au-delà de celui de simple bras droit."
http://www.leparisien.fr/chantilly-60500/le-lycee-rostand-retrouve-sa-proviseure-et-son-calme-14-09-2011-1606361.php

Après cette mise sous tutelle, en septembre 2012, le Rectorat a nommé Mme Hurlin à La Ramée et son autoritarisme tyranique semble ne pas l'avoir quitté pour le malheur des élèves et de leurs parents.
 

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans Saint-Quentin
commenter cet article
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 16:48

Aux élections européennes de 2009, la sociale-démocratie européenne (Aubry et Hollande en France, Zapatero en Espagne, Schroeder en Allemagne, Papandrou enGrèce,...) brandissait un petit livre rose dénommé "Manifesto", recueil de reccettes magiques pour améliorer la démocratie et la sécurité sanitaire en Europe, j'en extrais un texte du chapitre 2 :
« L’économie européenne a également apporté d’évidents avantages aux consommateurs. Après nos succès sur la sécurité alimentaire, la sécurité des jouets, la réduction des prix de transport et de téléphonie mobile, nous continuerons nos actions pour les droits des consommateurs européens. »
http://elections2009.pes.org/files/u1/ManifestoBook_FR_Online_0.pdf

"sécurité alimentaire", on le voit avec les fournisseurs de Findus, "réduction des prix de transport", pouvez-vous me donner un exemple s'il-vous-plaît ?

Accrochés à une bouée qui n'est plus fabriquée depuis au moins 20 ans, certains croient encore aux bienfaits  de la sociale-démocratie désormais idéologie devenue obsolète depuis que la finances détient toutes les rênes du pouvoir des états,parmi eux les leaders de la hollandie gouvernementale et à Saint-Quentin le doux rêveur strauss-kahnien Emmanuel Mousset.
 
Souvenez-vous de la campagne du social-démocrate François Hollande, en mai 2012, l'Europe pouvait trembler sur ses fondements libéraux, on allait voir ce qu’on allait voir, la finance ennemie allait être maîtrisée, un traité européen inacceptable allait être rénégocié !

Lors du récent sommet des 27, drapé dans son surmoi européen et dans la suffisance de celui qui a tout imaginé sans jamais rien réalisé, Hollande est arrivé à Bruxelles sur son cheval blanc pour négocier le budget européen : "Je viens pour chercher un accord. Si certains ne sont pas raisonnables, je ferai en sorte de les raisonner."

Et face à Merkel et Cameron, ce fut la même capitulation que celle que subit Napoléon à Waterloo !
Rétrécissement des crédits dévolus à la PAC, à l’aide alimentaire ou aux infrastructures, et rien sur le pacte de croissance !

Apprenant que 3% de dette à la fin 2013 devient un objectif hors de portée alors que, avec l'éducation et la lutte contre le chômage cet engagement constituait l'épine dorsale de ses engagements,

apprenant que sous la banière socialisme aux couleurs de la France, un demandeur d'emploi s'immole par le feu dans la ville de son 1er Ministre,

apprenant que le pape Benoît 16 a la lucidité et la sagesse de renoncer à son mandat, décision remarquable dans l'église moderne, regrettant son inévitable mauvaise blague à ce sujet,

après avoir examiné l'évolution des sondages, et conscient de son impopularité rémanente, son invariabilité malgré les efforts de communication et la guerre menée avec succès,

conscient de toutes les vies sacrifiées par les licenciements qu'il n'a su éviter,

le président Hollande est convaincu que ses capacités ne sont plus aptes à exercer le mandat élyséen.

Impressionné par la sage décision de Benoît 16, conscient de la gravité de la décision qu'il prend en âme et conscience, François Hollande déclare renoncer à la présidence de la République, décision qui prendra effet le 28 février 2013 à vingt heures. Il se retirera dans un monastère de Corrèze.

Des élections présidentielles seront organisées conformément à la constitution.
 

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans François Hollande
commenter cet article
13 février 2013 3 13 /02 /février /2013 11:19

Chargée de contrôler les finances publiques, la Cour des comptes s'érige en juge économique de l’État et en prescripteur de solutions politiques (jusqu'alors une prérogative du parlement.

Problème de démocratie, assurément,
ou leurre derrière lequel le gouvernement avance masqué ?

N'oublions pas que, Cidier Migaud, le président de l'institution est un ami de François Hollande !
 La Cour des Comptes montre du doigt les dépenses des collectivités territoriales, mais surtout toutes les dépenses sociales. Santé, retraite, assurance-chômage sont considérées comme des fardeaux insupportables.

Alors que la politique décidée par Hollande ne marche pas, attendez-vous à ce que ce rapport qui "tombe du ciel" serve de prétexte pour réduire les retraites et les allocations, familiales, logement et chômage.

La Cour lance un leurre qu'Hollande va s'empresser de saisir.

Je saisis cette occasion pour vous faire connaître un collectif "audit-citoyen" qui regroupe des associations, des syndicats et des partis de gauche, le PS y brille par son avsence !

----------------------------------------------

Communiqué :
"La Cour des comptes outrepasse ses attributions"
12 février,
source :
http://www.audit-citoyen.org/?p=3560

Aujourd’hui, la Cour des comptes de la République a présenté son rapport annuel (ici).
http://www.ccomptes.fr/Actualites/A-la-une/Le-rapport-public-annuel-2013

 Le collectif pour un audit citoyen formule deux critiques fondamentales à l’encontre des conclusions de ce rapport.

La première porte sur le champ d’intervention de la Cour des comptes : celle-ci est censée permettre à l’Etat de mieux dépenser l’argent public. Or la Cour et son Premier Président M. Migaud outrepassent largement cette mission. Le discours porté et relayé ad libitum est sans équivoque : «Les dépenses publiques doivent diminuer…»

Ce discours, éminemment idéologique, est étranger aux missions de la Cour, qui n’a aucune légitimité pour se prononcer sur les politiques macroéconomiques du gouvernement. Le Collectif rappelle que la politique budgétaire doit être discutée et votée par le parlement, par des représentants élus démocratiquement. La Cour des comptes doit donc s’abstenir d’une telle ingérence.

La seconde critique concerne les conclusions macroéconomiques. Le rapport estime que les objectifs fixés pour 2013 (déficit public en terme de PIB de 3% et un ratio de dette publique/PIB de 91,3% en fin d’année) ne seront pas atteints à cause de la très mauvaise conjoncture économique. La Cour préconise maintenant de faire porter l’effort de redressement sur la seule maîtrise des dépenses.

Le Collectif s’alarme du fait que la Cour des Comptes n’ait aucun recul sur les conséquences macroéconomiques qu’un tel renforcement de la politique d’austérité déjà en vigueur occasionnerait. Aujourd’hui, une diminution des dépenses publiques entraîne un ralentissement plus que proportionnel de toute l’activité économique. Alors que l’ensemble de l’Union européenne est entrée en récession, et que le chômage augmente partout, l’austérité budgétaire alimente cette récession. Continuer dans cette voie serait irresponsable.

Le Collectif est d’autant plus surpris de l’autisme de la Cour que le FMI lui-même (institution que l’on ne peut pas suspecter de défendre l’intervention publique dans l’économie), et à plusieurs reprises depuis 2011[1], alerte les autorités européennes sur les conséquences néfastes de politiques d’austérité trop brutales, qui détruisent les recettes fiscales et entretiennent les spirales récessionnistes. Comme le montrent déjà les cas de la Grèce, de l’Espagne et du Portugal, de cette manière les comptes publics ne pourront aucunement se redresser, mais les inégalités et le chômage continueront à prospérer.

Le Collectif pour un Audit Citoyen de la Dette Publique
--------------------------------------------------------

Objectif du collectif :
Le Collectif pour un Audit Citoyen de la Dette Publique s’est constitué fin 2011 afin d’ausculter les origines de la dette publique française. Il rassemble un large arc d’organisations du mouvement social, associations, syndicats avec le soutien de partis politiques

Dans son appel constitutif, le Collectif fustige notamment les “ discours culpabilisateurs ” selon lesquels nous vivrions “au-dessus de nos moyens”. Il répète inlassablement que la crise actuelle provient de la montée des inégalités, de l’endettement privé et de l’irresponsabilité de la finance ; aucunement des dépenses publiques, dont la part dans le PIB n’a pas augmenté depuis 20 ans.

Le Collectif réclame naturellement l’abandon des politiques d’austérité actuellement menées qui prouvent quotidiennement leur toxicité dans toute l’Europe. Le Collectif propose des alternatives, comme par exemple l’intervention de la Banque Centrale Européenne sur les marchés primaires des dettes publiques.

* « Ne laissons pas le coup de frein budgétaire bloquer la reprise mondiale » indiquait ainsi C. Lagarde au Financial Times dès le 11 août 2011. On sait aussi que le chef économiste du FMI, O. Blanchard, s’inquiète des fortes valeurs des multiplicateurs budgétaires, c’est-à-dire de l’impact important sur le niveau d’activité d’une modification des dépenses publiques. Si on diminue celles-ci, cela entraîne un ralentissement plus que proportionnel de toute l’activité économique.

Annexe :
Qui soutient le Collectif pour un audit citoyen de la dette ?
http://www.audit-citoyen.org/

 (membres du collectif) :
Membres du collectif :
Act Up-Paris, Agir ensemble contre le chômage (AC!), AITEC, Amis de la Terre, Attac, CADTM, CEDETIM, Collectif National pour les Droits des Femmes, Collectif Richesse, Confédération CGT, Convergence SP, Coopérative DHR, Economistes Atterrés, Emmaüs International, Fakir, Fédération Syndicale Unitaire, Finances CGT, Fondation Copernic, Indecosa-CGT, L’Appel des Appels, Ligue des Droits de l’Homme, Marches Européennes, Marche Mondiale des Femmes France, Mouvement Utopia, Réseau Education Populaire, Résistance Sociale, SNESUP, Sud BPCE, Union SNUI-SUD Trésor Solidaires, Union syndicale Solidaires.

En soutien :
Alliance Ecologiste Indépendante, Alternatifs, Association Nationale des Élus Communistes et Républicains, Convergences et Alternative, Démocratie et socialisme, Europe Ecologie Les Verts, FASE, Gauche Anticapitaliste, Gauche Unitaire, M’PEP, NPA, Parti Communiste Français, PCOF, Parti de Gauche, Parti pour la décroissance

Observateurs :
Acrimed, Alternatives Economiques, Droit au logement (DAL), Désobéissants

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans François Hollande
commenter cet article
12 février 2013 2 12 /02 /février /2013 16:07

Harlem Désir, désigné 1er secrétaire du parti socialiste, ne ménage pas sa peine pour expliquer ce que sont "Les Ateliers du Changement" :
«une série de rencontres dans toute la France. Le maître mot, ce sera le dialogue. C'est ouvert à tous les citoyens, car je veux écouter pour travailler ensemble à la France que nous voulons pour demain, co-inventer le changement en matière d'emploi, d'école, de réforme du système social...»

Le MEDEF de Mme Parisot a parfaitement compris qu'il pouvait apporter sa contribution pertinente et efficace au besoin de changement attendu par la majorité des citoyens et promis par le président de la république lors de sa campagne électorale. Et le MEDEF est actif auprès du gouvernement, pourquoi le lui reprocher ?

Le changement est en marche, gloire au 1er secrétaire du PS pour les efforts qu'il développe pour l'expliquer aux français tentés de croire à la désinformation dispensée par quelques médias malveillants.

Débarassée d'une droite décomplexée et arrogante, notre société souffre encore de l'existence d'opposants incrédules, sans hésitation je les qualifie "d'ennemis de l'intérieur", toujours sans hésitation je vais les dénoncer.

Je montre du doigt à la vindicte populaire :

1- les opposants à l'extraction du gaz et du pétrole de schiste;
imaginez l'impact sur la balance du commerce extérieur si les besoins en énergie fossile de la France étaient intégralement satisfaits par ses propres ressources.

2- les opposants à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes qui n'hésitent pas à se montrer nus devant des CRS à la moralité reconnue;
pourquoi refuser le progrès économique, pourquoi refuser aux Nantais la possibilité d'avoir un vol direct pour Singapour, La Paz ou Vancouver ?

3- les opposants à la ligne Lyon-Turin;
certes il y a déjà un tunnel, mais il ne faut pas hésiter à crier haut et fort : les écolos, ça commence à bien faire !

4- les sidérurgistes de Florange;
soyons sérieux, en Lorraine, il n'y a plus de mines de fer !

5- les licenciés de Goodyear Amiens, de PSA, de Renault, de Sanofi,.....;
au lieu de crier dans la rue, faisant peur aux enfants, si ces salariés prenaient la peine de participer aux Ateliers du Changement, organisés par le PS, ils comprendraient pourquoi leur sacrifice est important pour la politique économique sociale-libérale du gouvernement et les profits de la finance dont, un jour, ils récupéreront les fruits.

6- les enseignants du primaire, s'opposant à la refondation du système éducatif;
alors là faut pas déconner, en majorité ils ont voté Hollande (l'éducation, ma priorité), participé à la préparation de la réforme Peillon, et maintenant font preuve de corporatisme et de conservatisme. Avec la garantie de l'emploi (ce que n'ont pas les Goodyear), ils ne travaillent que 140 jours par an (225 jours de congé), ne font que 24 heures par semaine et refusent de reconnaître le bien-fondé des experts en chronobiologistes qui, eux, voient l'intérêt de l'enfant avant quelques euros de plus pour accepter une réforme juste et nécessaire.
Quand l'école française occupe une si mauvaise place dans les classements internationaux, et quand 15% des enfants entrent en 6e sans maîtriser la lecture, à leur place, je me ferai petit et je ne mettrais pas de bâtons dans les roues dans la volonté de notre président de redresser notre système éducatif !

7- Mélenchon est lui aussi un ennemi de l'intérieur, il voudrait faire croire aux français qu'une autre politique est possible, plus sociale, plus protectrice et plus redistributive, quel doux rêveur avec sa lutte des classes, si le gouvernement n'est pas l'allié de la finance celle-ci s'exilera en Belgique ou en Angleterre !

8- je citerai enfin la presse à sensation comme Mediapart;
moi de gauche, et peut-être tête de liste aus prochaines municipales, j'étais heureux de constater qu'un média (enfin) indépendant sorte des affaires sur Sarkozy (Bettencourt, Kadhafi,...), mais maintenant que ce média soi-disant indépendant voudrait faire passer le ministre Cahuzac pour un fraudeur du fisc, ça ne passe pas.
Des journaus aussi indépendants que le Nouvel Obs, Libération et Le Monde n'ont-ils pas écrit qu'ils ne croyaient pas à ces accusations ?
Dimanche dernier, le JDD, propriété d'un marchand d'armes, n'a-t-il pas écrit que Moscovici a blanchi son collègue par un rapport secret demandé à la Suisse, heureusement classé secret-défense (le pouvoir ne va quand même pas se mettre à tout mettre sur la place publique) ?

Oui, les ennemis de la gauche existent, ils agissent pour décrédibiliser l'action courageuse du gouvernement de François Hollande.

Ouvrons les yeux de nos concitoyens sur les réalités de la nouvelle société issue du 6 mai 2012 : contrôle renforcé, capitalisme moralisé, finance régulée, chômage maîtrisé, sans-papier expulsés, délinquance enrayée, citoyens rassurés, enfin une démocratie apaisée !

Alors pourquoi rêver d'un monde meilleur, il est là devant vos yeux !

Voilà, j'ai revêtu les habits du blogueur de gouvernement.
 

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans François Hollande
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 18:09

Mais bon dieu, à quoi servent nos élus, la multitude d'agences soi-disant chargées de veiller sur notre santé et la myriade de soi-disant experts trop souvent autoproclamés et souvent frappés de conflit d'intérêt

Notre existence n'est pavée que de scandales sanitaires : amiante, sang contaminé, vache folle, médiator, pilules de 3e géneration, médicaments détournés de leur fonction par des médecins peu scrupuleux (Diane-35), médicaments inefficaces mais avec effets garantis, etc....

Le responsable de toutes ces catastrophes a un nom : le profit à moindre coût, c'est-à-dire la finance contre qui le chevalier Hollande a renoncé de combattre.

C'est bien connu, les anglais ne mangent pas de grenouilles, mais, poureux, le cheval est un animal sacré au même titre que les vaches en Inde
Alors quand les lasagnes "pur boeuf" s'avèrent contenir de la viande de cheval......

Le produit incriminé porte la marque Findus, ancienne filiale de Nestlé, rachetée par le fonds d’investissement Britannique Lion Capital, alors pourquoi se plaindre, les British mangent national !

FINDUS achète son faux boeuf à l'entreprise luxembourgeoise COMIGEL située à Metz, dans le même bâtiment que le consulat du Luxembourg.
COMIGEL assure l’approvisionnement de grands distributeurs comme AUCHAN, CORA ou de grandes marques de la congélation COMME FINDUS, THIRIET, PICARD.
Propriété du groupe britannique Perkins FOOD, en 2007, COMIGEL a été racheté par le  fonds d’investissement CEREA CAPITAL.

Evidemment, le président de COMIGEL, Erick Lehagre, découvre aujourd'ui que la viande supposée "boeuf français" venait de Roumanie.
"Nous avons identifié le fournisseur en cause: il s’agit de la société Spanghero», basée à Castelnaudary dans l’Aude"; le rugby a de subtils débouchés !

La société audoise Spanghero parle de fournisseur roumain, comme si, en France, la viande de boeuf était si rare !

Ce petit développement pour insister sur le fait que même notre nourriture est entre les mains de financiers avides de profits et, pourquoi pas, entre les doigts crochus de maffias.

Ce qui m'exaspère aussi est que l'entreprise B achète à l'entreprise A pour refiler la marchandise à l'entreprise C, celle-ci la refilant à l'entreprise D.
Et on évoque des circuits courts !

Et que font les Fonds d'Investissement dans l'alimentaire : des profits à valeur ajoutée !
comme celui-ci :
http://www.cereagestion.com/

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans Santé
commenter cet article
10 février 2013 7 10 /02 /février /2013 18:07

Premier coup de gueule !

Après la réunion des chefs d'état des 27 destinée à définir le budget de l'Europe pour les 7 ans à venir, nous avons eu droit à une déclaration d'autosatisfaction de François Hollande qui, encore une fois, nous a pris pour des "gogos".

1- budget pour les 7 ans à venir !
Pourquoi tant de précipitations alors qu'en juin 2014 auront lieu les élections européennes qui enverront au parlement européen de nouveaux députés. Le budget européen ne sera validé qu'au prix d'un vote par une majorité qualifiée d'eurodéputés.

2- Dans une lettre publiée vendredi après l'annonce de l'accord, les présidents des quatre principaux groupes politiques du parlement préviennent qu'ils ne voteront pas « en l'état » le budget pluriannuel européen, parce qu'il «ne renforcera pas la compétitivité de l'économie européenne». «Ce n'est pas dans l'intérêt des citoyens européens», estiment ces élus.

3- L'autosatisfaction d'Hollande est déplacée quand, à la lecture de l'accord, le gagnant de ce marchandage de chiffonier n'est pas l'Europe et ses citoyens, mais.... Cameron qui a exigé et obtenu un accord rétréci, révélateur de la crise politique qui malmène le projet européen.

Pourtant si cher au candidat Hollande, un plan de relance ambitieux dela croissance ne figure pas dans cet accord.

Par contre :
- Le budget de la politique agricole commune est diminué, j'espère que ce sera au détriment de la prime à l'hectare dont la Reine british et le Prince Albert de Monaco figurent au nom des principaux bénéficiaires.

- Le projet de budget de l'Union européenne pour 2014-2020 préserve l'aide alimentaire, comme le demandait la France, mais en réduit fortement l'enveloppe malgré l'impact de la crise financière et économique (2,1 milliards d'euros alors qu'elle était de 3,5 milliards d'euros dans le budget précédent).

Principale victime les Restos du coeur, pour qui  les aides européennes représentaient 23% des repas distribués.

Cameron intraitable et Cameron gagnant !
 

Repost 0
Published by JC Le Garrec
commenter cet article
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 15:35
Pour plagier la célèbre formule d'un publiciste : Ceux qui à 30 ans ne possèdent pas l'album "Kind of blue" de Miles Davis ont raté leur vie culturelle !
"So what" est l'un des titres de ce fabuleux album qui peut être qualifié de monument de la musique afro-américaine, outre Miles il réunit, dans l'ordre de leur intervention, le ténor John Coltrane et l'altiste Julian "Cannonball" Adderley.
Miles et Coltrane occupent une place de choix dans ma volumineuse discothèque, j'ai passé ma vie à collectionner leurs albums, je n'ai pas la prétention de tout posséder, mais je n'en suis pas loin (au moins 300 albums).
Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans Culture
commenter cet article
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 20:24

Je ne vous parlerai ni d'une patisserie "bourgeoise" ni de la dernière production holliwoodienne, mais des privilégiés qui défendent corps et âme leurs avantages : les parlementaires.

Si, pour eux,  le sort des salariés licenciés de PSA, de Goodyear ou de Sanofi plongés dans de graves problèmes de survie n'est qu'un détail, leur sort est défendu bec et ongles avec des arguments qui ne tiennent pas debout quand la misère et le déclassement se développent.

En Europe comme dans toutes les démocraties, la France se distingue par une particularité inacceptable : 83 % des parlementaires sont des "cumulards» : 476 députés (sur 577) et 267 sénateurs (sur 348) sont à la fois titulaires d’un mandat parlementaire – député ou sénateur – et d’un mandat exécutif local – maire ou maire-adjoint, président ou vice-président du conseil régional, président ou vice-président du conseil général.

Cumuler, c'est prendre la place d'un ami politique ou celle d'un adversaire, cumuler c'est aussi s'assurer des revenus et une retraite conséquents, en parler  c'est faire de l'antiparlementarisme primaire, les ménages qui n'ont que le SMIC pour vivre apprécieront cet argument.

Les séances au cours desquelles une loi est votée par une poignée de parlementaires (20 à 30 présents) démontrent que, si le salaire lui est toujours complet, le travail de parlementaire, lui, est à temps partiel.
On n'imaginerait pas un soudeur de MBK cumuler son emploi avec ceux de conseiller multimédia chez Boulanger, bendeur chez Bricomarché, livreur de pizza,.... et pourtant nos surhommes parlementaires sont capables d'exercer plusieurs fonctions sans mourrir d'épuisement.

Le Parisien a dressé le tableau du "top 10" des cumulards
http://www.leparisien.fr/politique/politique-les-rois-du-cumul-08-02-2013-2550853.php

Et le gagnant est ....

"La palme revient au socialiste Philippe Duron, qui détient quatre mandats dont découlent… 24 autres fonctions. La liste de ses activités, non exhaustive, est vertigineuse.
Député et maire de Caen, il est aussi à la tête de l’agglomération Caen-la-Mer et de Caen Métropole, qui gère l’aménagement du territoire pour 143 communes.
Il préside également la Conférence de l’arc atlantique, censée promouvoir une trentaine de villes côtières en Europe, et le conseil d’administration de Normandie Aménagement, une société visant à soutenir des projets immobiliers.
Et ce n’est pas tout ! En charge de la culture dans sa ville, l’édile préside le mémorial de la bataille de Normandie et administre le Comité pour l’organisation des manifestations touristiques et économiques de Caen.
Plus insolite, il est représentant de l’Association de la gestion de la fourrière et du refuge d’animaux de Verson (Calvados).
Vice-président de l’Union amicale des maires du Calvados et membre du bureau de l’Association des maires des grandes villes de France, il soigne son réseau."

Quel homme !
Ce "cumulard" se dévoue parce que, probablement, à Caen il n'y a aucun compétent,.... à part lui évidemment.

Le n°2 du classement est le sénateur-maire UMP Gérard Larcher avec 3 mandats et 19 fonctions.

Le socialiste Gérard Collomb est bien placé dans le classement, sur la Chaîne Parlementaire, il a précisé ses revenus : "Au total, ça ferait à peu près 19.000 euros ... Mais je ne touche que 9800 euros" (avec l'écrêtement), jamais un parlementaire ne déclarera ses avantages, indemnité de représentation non imposable et échappant au contrôle, voyages SNCF gratuits, téléphone, internet, etc....

Ceux qui ne gagnent pas 3 000 euros par mois sont dans une "situation extrêmement difficile", a-t-il déclaré en ajoutant "Je travaille gratuitement pour la Ville de Lyon et le Grand Lyon".

C'est pas mignon ça, j'adore les socialistes lorsqu'ils pratiquent le bénévolat !

Sur France 2, David Pujadas a osé montrer un reportage sur le sujet, aussitôt  en défenseur de la caste des privilégiés Claude Bartolone a dit "regretter" sa diffusion sur une chaîne publique."

Ces choses doivent rester confidentielles, mon bon Monsieur, ça nourrit l'antiparlementarisme, ça favorise le vote FN.

Ah, ces mecs du siècle dernier, ça ne comprend pas que le peuple a aboli les privilèges qu'ils soient aristocratiques ou républicains.


Une majorité de Français sont attachés au principe "un seul poste par élu", et ils continuent à faire la sourde oreille, accrochés à leur train de vie insupportable quand tous les citoyens sont appelés à se serrer la ceinture.
 

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans La Gauche
commenter cet article
7 février 2013 4 07 /02 /février /2013 18:45

Pour acheter ma revue favorite et appréciée, ce matin je me suis rendu au bureau de tabac qui a eu l'excellente idée d'échouer à deux encablures de mon domicile. J'y ai entendu parler d'une pétition de soutien aux buralistes, commerce légal étranglé par le pouvoir actuel comme il l'a été par la droite.

Je n'ai pas acheté mon tabac pour la pipe "Amsterdamer", à 7,3 euros, je l'ai moins cher ailleurs : 5,2 euros !

Samedi, après un peu plus d'une heure de route, j'ai franchi la frontière pour me rendre en Belgique, je n'y ai pas rencontré Depardieu, mais, sur l'immense parking, des dizaines de voiture immatriculée en France, 59, 62, 02, 60, 80 et même des plaques de la région parisienne, et des bons français les bras chargés de sacs bien remplis et même des cartons !

Il faut avouer que les Belges savent y faire pour profiter de la stupidité des gouvernements français persuadés que les hausses successives du prix du tabac vont contribuer à la diminution de la consommation, les commerçants s'organisent : vastes parkings accueillants, nombreux boutiques de cigares cubains, supermarché où tabac et bière "extra" à 1,20 euros les 33 cl se cotoient.

Je sais que le tabac nuit gravement à la santé, mais l'alcool aussi, alors pourquoi le commerce du vin est-il plus protégé que celui du tabac ?

Je sais que dans la région de Perpignan, à 2 pas du Pertus, ou dans celle de Toulouse voisine d'Andorre, les buralistes ont pratiquement tous disparu, il doit en être de même vers Hirson, Maubeuge ou dans l'agglomération Lille/Roubaix/Tourcoing.

En France, si la vente de tabac a baissé la consommation, elle, n'a pas diminué, alimentée par le traffic et les achats transfrontaliers (Ringis est le plus grand bureau de tabac de France grâce aux routiers). Aux Etats-Unis la prohibition, interdiction de la fabrication et de la vente d'alcool, a eu les mêmes effets, remplissant les coffres-forts des maffias.

Et comme la gauche ne réfléchit pas mieux que la droite, après les augmentations d'octobre 2012 et de janvier 2013, une augmentation des taxes est programmée pour le 1er juillet (30 centimes (+ 4,5%) pou les rcigarettes et de plus de 60 centimes (environ 10%) pour le tabac).
Les buralistes belges, luxembourgeois et espagnols sont ravis !
 
Prenons le cas des Marlboro, prix en juillet 2012 :
France 6.60 €
Allemagne 4.70 €
Espagne 4.25 €
Belgique 4.00 €
Italie 4.60 €
Andorre 2.70 € 

 Les écarts de prix vont encore augmenter au détriment des buralistes français

Le 26 octobre dernier, La Voix Du Nord titrait :
Hausse des prix du tabac : en Flandre, les ventes explosent côté belge
http://www.lavoixdunord.fr/economie/hausse-des-prix-du-tabac-en-flandre-les-ventes-explosent-ia0b0n784872

En France, on nous prend pour des "gogos" vaches-à-lait, en Belgique, à 5 kms de la frontière, non seulement le tabac y est moins cher, mais les plantes et les bières (extraordinaires) y sont 2 fois moins chères qu'en France.
 

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans Le dessous des cartes.
commenter cet article
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 17:57

Nous sommes à 13 mois des municipales et déjà les fourmis saint-quentinoises s'agitent, le printemps serait-il proche ?
J'avoue que ça ne fait pas partie de mes préoccupations du moment, et je ne dois pas être le seul, mais l'impatience qui anime certains rêveurs est attendrissante, je pense à la chanson d'Aznavour "Je me voyais déjà en haut de l'affiche....", avec comme remarque importante que lui y est arrivé.

On ne se propulse pas candidat à la gestion d'une ville de 60 000 habitants sans "biscuits", à savoir sans une expérience "professionnelle" (gestion de dossiers importants, connaissance des rouages de l'économie ou de l'industrie), sans carnet d'adresses, sans compétence ni expérience,.....

Loin de moi de dénier les qualités personnelles de ceux qui, à gauche (ou ce qui reste de la gauche) rêvent de diriger le conseil municipal, mais les critères que j'ai cité plus haut sont indispensables.

Le changement à Saint-Quentin a débuté en 1995 et s'est poursuivi jusqu'à aujourd'ui sans interruption et se poursuivra dans la continuité, j'en suis persuadé.

En mai dernier, nous avons été trompé, ce n'est pas pour recommencer, ça coûte trop cher !
Souvenez-vous "le changement, c'est maintenant"

Les salariés de Florange, de PSA Aulnay, de Goodyear, de Sanofi, de Pétroplus,..... -hélas, la liste est longue - l'ont appris à leurs dépens, le changement promis n'était qu'un leurre électoral.

La désillusion est telle  que,
« Le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, s’est inquiété mardi des risques « d’implosions ou explosions sociales », assurant que ses services étaient mobilisés pour éviter tout débordement lors de mouvements sociaux car « on ne peut pas casser l’outil de travail ».
http://fr.news.yahoo.com/valls-inquiet-risques-dimplosions-explosions-sociales-103623683.html

Il est temps que la hollandie saint-quentinoise et le blogueur de gouvernement s’en rendent compte, alors que je ne cesse d'asséner depuis des mois que la gauche de transformation sociale est morte dans l'oeuf.

Goodyear, Sanofi, Arcelor, sont des entreprises qui font d'énormes profits au service des actionnaires, ce qui, enjanvier 2012, a donné du poids au discours du candidat Hollande au Bourget et de sa plus célèbre tirade contre la finance, véritable champignon saprophyte qui se nourrit de l'emploi salarié.

Qu'est devenu l'adversaire déclaré de la finance ?

1-  la banque publique d'investissement a des objectifs et des moyens très limités, les PME sont déçues.

2- la véritable (et promise) séparation des activités bancaires entre les métiers de dépôt et d'investissement n'aura pas lieu, elle ne supprimera pas la spéculation boursière avec nos dépôts.

3- les paradis fiscaux.
Absence de mesure pour interdire aux entreprises françaises de domicilier leurs comptes dans les paradis fiscaux. Et pour les banques d'avoir des succursales.

4- les produits financiers toxiques.
Le gouvernement n'a pas non plus interdit aux entreprises de créer, d'acheter ou de vendre ces produits qui symbolisent la dérégulation financière.

5- l'interdiction des licenciements boursiers.
L'actualité regorge d'exemples de licenciements massifs : Sanofi, Goodyear,...

6- les prix de transfert.
Ainsi  les entreprises du CAC40 ne paient pas l'impôt correspondant à leurs bénéfices, mais elles profiteront sans contrepartie des 20 milliards d'euros d'allègement du cout du travail.

7- le revenu maximum, les stocks options, les bonus, les retraites chapeau et les parachutes dorés.
Rien n'est prévu. Renault va licencier alors que son PDG perçoit des revenus équivalents à 1 012 SMIC, pourtant l'Etat en est le principal actionnaire !

Je m'adresse aux sympathisants socialistes et au "blogueur de gouvernement" saint-quentinois, le bilan provisoire de Hollande contre la finance n'est guère flatteur, le changement espéré n'a pas eu lieu, alors faut-il prendre le risque de confier les affaires denotre ville à une gauche inexpérimentée, divisée et soutient inconditionnel d'un gouvernement "merdique" au risque de connaître une régression douloureuse ?
 

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans Saint-Quentin
commenter cet article

Articles Récents