Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Recherche

13 mars 2015 5 13 /03 /mars /2015 21:31


Comme ils sont mignons. Tous ces hommes, toutes ces femmes politiques à se plaindre de la montée du Front National, à chercher comment le combattre. A se précipiter devant les micros et caméras pour faire la leçon au bon peuple qui se laisse séduire par les sirènes de l’extrême-droite.

L'Oise est en danger, devant plus de CRS que de militants, Valls va y déverser son discours hystérique,
L'Aisne est en danger, Valls emmène la moitié de son gouvernement pour présenter 50 mesures à l'intention de la ruralité comme s'il ne pouvait pas le faire depuis Paris, cela aurait coûter moins cher.
Des promesses qui viennent un peu tard, et si proches des élections : 200 maisons de santé avant la fin de l'année, 1 000 points dédiés aux services publics avant fin 2016,..... "les promesses n'engagent que ceux qui les écoutent" disait Pasqua, si les tromesses ne sont pas tenues qu'importe départementales et régionales seront passées, et de l'eau aura coulé dans la rivière Oise.
Tous ces efforts pour pousser tout un pan de la population dans les bras de la protestation.

Les Français ont cru au changement, "Le changement c'est maintenant" disait François Hollande en 2012.
Ils ont vu, ils ont compris.
Son ennemie la finance "sans visage", est devenue son amie dès qu'il a été élu.
Alors que le chômage progresse inexorablement, les Français Ont vu les milliards de cadeaux offerts au Medef, sur un plateau, sans résultats, les patrons n'ont pas respecté leur part de l'accord.
Ils ont vu La Loi Macron qui va finir de dépecer les restes du code du Travail (faciliter les licenciements, abolir les 35 heures).
Le changement, ce nétait pas hier, se sera maintenant, et en 2017 !

Que penser d'un pouvoir qui s'affirme de gauche qui, dans la foulée de l'élection, reçoit les "vrais démocrates", qui respectent les droits de l'Homme, celui des oposants et en particulier celui des femmes comme le roi du Maroc ou le roi de Bahreïn ?

Lorsqu'un gouvernement de "gauche" remplace comme une photocopie un gouvernement de droite sans que rien ne change, doit-on s'étonner qu'une grande partie de la population se tourne vers l'extrême-droite ?

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans Valls Aisne Départementales
commenter cet article
12 mars 2015 4 12 /03 /mars /2015 20:25


Je pensais évoquer la visite de Valls à Laon pour évoquer la ruralité, un flou artistique quand, sous la droite comme sous la pseudo-gauche actuelle, les villages perdent leur boulangerie, leur épicerie, leur café-tabac, leur bureau de poste,.... perdent les jeunes pour ne plus être habités que par le 4ième âge en charentaises qui n'a plus de pain, de petits pois, qui ne peut plus aller faire une belote avec les copains, etc.

Je pensais aussi évoquer le vote obligatoire comme il se pratique en Belgique, une démocratie si je ne me trompe, une façon de clouer le bec à tous ceux qui se plaignent du gouvernement, mais qui avouent ne plus voter !

Mais voilà, mon blog a été victime d'un hacker, qui ne peut qu'être socialiste, évidemment, et les commentaires que je reçoit ne sont plus affichés et je ne puis y répondre.
Je cherche la solution, mais avec les pictogrammes inaccessibles pour un aveugle, c'est du sport !

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans panne
commenter cet article
11 mars 2015 3 11 /03 /mars /2015 11:26


Les députés disposent aujourd'hui du système de retraite le plus avantageux : 1 500 euros par mandat de 5 ans,
les femmes et les hommes politiques cumulent honteusement leurs retraites pour culminer à plusieurs dizaines de milliers d'euros par mois,
Alors que de nombreux retraités (surtout des femmes) touchent de petites retraites, souvent à la suite de carrière en pointillé,
Rama Yade propose un retour au moyen-âge : un service civique obligatoire pour tous les retraités !

Dans une interview à Ouest-France, cette femme déconnectée de la réalité avance des arguments émouvants : «par le service civique, on évite l'isolement des personnes âgées et aussi l'apparition de maladies dégénératives»
Quelle brave femme !

Son "service civique" serait obligatoire pour que les retraités touchent leur pension complète, pour les réfractaires leur pension serait amputée de quelques % ! On croit rêver !
La pension est un salaire différé résultant de cotisations versées pendand une vie d'activité;
Nombreux sont les retraité(e)s qui font du bénévolat dans les associations;
Nombreux sont les jeunes retraités qui aident un parent âgé, ou qui aident leurs enfants;

La dame "gugusse" a une pensée pour les séniors en mauvaise santé : «Bien sûr, il n'est pas question d'imposer le service civique à des personnes qui sont malades».

Et si cette brave dame délirante luttait pour que les entreprises ne se séparent plus des plus de 50 ans, elle serait moins ridicule !
«Avec Allons Enfant, nous ne somme spas dans une logique punitive. Nous voulons simplement résorber les fractures de la société.»
Quelle bonne âme !

Au fait, quelle sera la retraite de Mme Yade après son long parcours politique ?

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans Rama Yade Indécence
commenter cet article
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 16:49


Les différents régimes fascistes se sont toujours entourés de milices certaines militaires, d'autres populaires.
La MVSN, "Milizia Volontaria per la Sicurezza Nazionale" était un corps militaire volontaire de l'Italie fasciste.
Les "Chemises noires" (camicie nere ou squadristi) étaient les adhérents civils aux milices du régime fasciste de Benito Mussolini, elles employaient des méthodes expéditives (coups de bâtons, incendies…) et faisaient boire de l'huile de ricin aux protestataires.
C'est ce que me racontait mon grand-père maternel, lui qui a fui l'Italie des années 20 avec sa famille et demandé la nationalité française.
L'Allemagne nazi a eu ses SA ou "chemises brunes".
La France de Pétain n'y a pas échappé, dans Mémoire de guerre, De Gaulle écrit : "Le 30 janvier 1943, était créée la milice, dont Darnand, déjà incorporé dans la police allemande, devenait le secrétaire général et qui s'employait activement à traquer les patriotes."
Après 68, la France a découvert la milice patronale comme le rapporte Le Nouvel Observateur d'avril 1973 : "Le 9 octobre 1970, la milice patronale de Simca-Chrysler, à Poissy, agresse à coups de barre de fer, de pierre et de matraque douze militants CFDT. qui distribuaient des tracts"

Venons-en au quinquénat de François Hollande et son super-Valls qui se fait remarquer par ses débordements aussi bien dans sa stigmatisation du FN ou l'appel au "deuil national" pour le dramatique accident survenu en Argentine, il oublie que le deuil n'appartient qu'aux proches des victimes. Les 5 morts dans un incendie, dont 4 enfants, n'ont pas suscité chez lui la même émotion.

Dès septembre 2014, le ministère de l’Intérieur avait laissé la gendarmerie exercer une pression violente, souvent illégale, à l’encontre des zadistes du Testet. Cela n’avait pas suffi à décourager les opposants au barrage, renforcés par le mouvement de solidarité qui se développait dans la région. La tension est montée jusqu’au 26 octobre, lorsque la gendarmerie violente tua un jeune manifestant écolo, Rémi Fraisse, un événement exceptionnel dans notre démocratie.
«Dans notre vie démocratique, il n'y a pas de place pour la violence, il faut que les choix soient respectés par tout le monde, et je peux vous assurer que, là-bas comme ailleurs, l'ordre républicain sera garanti» [Manuel Valls, 5 mars 2015]
Dans Médiapart, un maire raconte : "Le maire écolo de Saint-Amancet voulait se rendre sur le site de Sivens. Impossible : des pro-barrage bloquent la route, l’insultent et le menacent. Nouvelle altercation un peu plus tard. Cette fois, ils sont armés de barres de fer.
Dimanche 1er février au matin, j’étais sur la route en direction de la forêt de Sivens, pour assister aux animations prévues dans le cadre de la Journée mondiale des Zones Humides. En arrivant sur le lieu-dit de Barat, aux alentours de 10h15, j’ai découvert que la route était bloquée par une trentaine d’individus. Ils se sont présentés comme des agriculteurs et chasseurs pro-barrage, originaires de la région. Je suis agriculteur et maire de la petite commune de Saint-Amancet. Je n’étais a priori pas opposé au barrage, mais j’ai été choqué par la mise en place de la violence qui a conduit à la mort de Rémi Fraisse. Ceci m’a poussé à explorer le sujet plus en détails. C’est là que j’ai réalisé le manque de sérieux du projet et depuis, je continue à suivre la question de près."

Xavier Beulin, président de la FNSEA et du groupe agro-industriel Avril-Sofiproteol, qualifiait les zadistes de «djihadistes verts», ce qui dans un contexte où la France est en guerre contre l’Etat islamique, revient à un appel au meurtre.
Légitimée par la provocation de Xavier Beulin, la FDSEA organisait des groupes d’agriculteurs pour mener en décembre près de la Zad une opération «Manche de pioche» dont le nom dit tout.
Elle répétait l’opération en janvier, jusqu’à organiser en février un blocus de la zone. Les agressions et injures se multipliaient de la part de ces agriculteurs chauffés à blanc contre les «peluts» (chevelus, en occitan), alias zadistes, mais aussi contre les locaux opposés au barrage et contre des journalistes. Fin février, ces milices – au sens précis d’organisation paramilitaire – bloquaient les routes, armées de bâtons, de manches de pioche ou de barres de fer, et commettaient de nombreuses agressions, pare-brises cassés, pneus crevés, menaces, sous l’œil indifférent des gendarmes bien présents dans le secteur.

La tactique de MM. Valls et Hollande est délibérée. Elle ouvre la porte à la répétition de ce type d’actes : des groupes sociaux savent maintenant que, pourvu qu’ils ciblent l’écologie et les jeunes alternatifs tout en glorifiant la police, ils ont le champ libre. Elle s’appuie sur les sentiments d’extrême-droite qui montent dans ce pays. Et suscitera en retour des réactions de même nature, impliquant une répression encore plus stricte.
Les choses sont claires : un projet coûteux, pourri de conflits d’intérêt, financé par le public pour des intérêts privés, détruisant l’environnement, c’est «le changement».
D’aucuns persistent encore à croire que le gouvernement de MM. Hollande et Valls est «de gauche». Il ne l’est pas. C’est pire : il ouvre, à peine dissimulé, la voie au fascisme.
"L'ordre républicain" de Valls est organisé par des milices privées !

Source : Hervé Kempf pour Reporterre
http://www.reporterre.net/EDITO-MM-Hollande-et-Valls-ouvrent

Repost 0
10 mars 2015 2 10 /03 /mars /2015 10:12


Diabolisation du FN : trop, c’est trop !
Par Noël Mamère
Député de Gironde
Publié le 09/03/2015 à 16h55
Tandis que la campagne pour les élections départementales se déroule dans l’indifférence générale, s’annonce une crise politique sans précédent. Pour le moment, le PS et l’UMP se livrent à une dramatisation orchestrée autour du Front national, devenu l’unique objet de la campagne de ces deux grands partis de la Ve République, partis qui n’ont plus visiblement qu’une seule et unique adversaire : Marine Le Pen.
Pour l’UMP, Sarkozy nous fait le coup du « FNPS », en trouvant son inspiration dans « l’UMPS » du Front national. Tandis que le Premier ministre exprime haut et fort « la peur et l’angoisse » qui l’étreignent au point d’en appeler à la « stigmatisation » du FN.
Manuel Valls lors du match France-Pays de Galles, Tournoi des Six Nations 2015, le 28 février 2015 au Stade de France
Manuel Valls lors du match France-Pays de Galles, Tournoi des Six Nations 2015, le 28 février 2015 au Stade de France (FRANCK FIFE/AFP)
Cette intervention lourdement politicienne, qui appartient au registre de l’émotion plus qu’à celui de la raison, ne fait que renforcer ledit FN qui n’a plus besoin de faire campagne... Sauf pour récuser l’obscénité raciste, islamophobe et antisémite de ses propres candidats qui, par dizaines, vomissent leur haine sur Internet.
On comprend bien les tourments de la direction de l’UMP, divisée sur l’attitude à adopter face à l’extrême droite, à l’image de son électorat, entre partisans d’une alliance rampante avec le Front national et un centre droit qui n’accepte pas de partager le même lit que les héritiers de Pétain et de l’OAS.
En revanche, je reste médusé par l’hystérisation du débat sur le FN auxquels se livrent avec cynisme, le Président, le Premier ministre et des dirigeants du PS, qui ont décrété une mobilisation générale de leurs troupes contre les frontistes. En voulant « arracher » les électeurs du FN à l’extrême droite, en les plaçant sans cesse, de manière obsessionnelle, au centre du débat politique, les socialistes ne font que reproduire ce qui, depuis 35 ans, a fait accéder par paliers successifs, la PME lepéniste au statut de parti pouvant prétendre à la majorité.
Un mauvais remake de l’appel au vote utile
De ce point de vue, les déclarations du Premier ministre, ce dimanche, ont été proprement stupéfiantes. En mettant en scène, façon mélodrame, l’affrontement décisif entre le FN et le PS, Manuel Valls cherche à créer un choc moral à gauche pour se dédouaner à bon compte de la responsabilité écrasante de sa politique dans la montée de l’extrême droite. Cette grosse ficelle n’est qu’un mauvais remake de l’appel au vote utile, qui a toujours été la planche de salut d’un PS menacé par l’effondrement. Ce coup d’épée dans l’eau nous rappelle tristement la stratégie mitterrandiste des années 80.
Comment ne pas se rappeler du Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur qui prononçait des paroles infâmes sur les Roms et organisait contre eux des expulsions plus massives que ses prédécesseurs de droite ?
Comment ne pas se souvenir des paroles répétées du même, qui n’a eu de cesse de délégitimer tous ceux qui, de gauche et écologistes, se battaient pied à pied pour l’égalité des droits, contre tous les racismes, en refusant de choisir entre l’islamophobie et l’antisémitisme ?
Comment ne pas être stupéfait de cette logorrhée anti-FN de la part de celui qui, tout à l’heure, dénonçait « l’apartheid territorial, ethnique et social », et qui, aujourd’hui, annonce les mesurettes d’un énième plan banlieue, pratiquant une fois de plus le grand écart entre les actes et les paroles... Ce qui fait justement le jeu du Front national ?
Deuxième échec programmé
Comment, enfin, l’écologiste que je suis, ne peut-il pas être écœuré par le double langage du gouvernement sur les questions environnementales ?
Côté face, la rhétorique climatique généreuse et générale, tellement consensuelle qu’elle n’engage à rien. Côté pile, la répression des zadistes à Sivens avec, en prime, la collaboration ouverte entre la police et les milices de la FNSEA. Sans compter ce soutien insolent et sans réserve aux nucléocrates après le crash financier d’Areva alors que leurs magouilles éclatent enfin au grand jour malgré l’opacité entretenue quasiment militairement depuis des décennies ?
Si on voulait encourager la montée de l’abstention et la mobilisation des électeurs de l’extrême droite, on ne s’y prendrait pas autrement. Comme si, pour échapper au désastre électoral annoncé, le Premier ministre voulait d’avance échapper à son deuxième échec programmé, après celui des européennes et avant celui des régionales, en culpabilisant toute la gauche.
Le 21 avril ? Il est déjà là
Non, monsieur le Premier ministre, je ne vois pas pourquoi nous devrions nous rassembler autour d’une politique qui nous mène droit dans le mur, en klaxonnant toujours plus fort sur l’air connu du « il n’y a qu’une seule politique possible ». Je ne vois pas pourquoi nous devrions courir, tels des moutons de Panurge, derrière un gouvernement qui traite avec un tel mépris ses partenaires.
Je ne vois pas pourquoi, au nom de la lutte contre un parti que vous avez fait prospérer comme jamais avant vous depuis trois ans, nous devrions nous mettre à chanter « La Marseillaise » au garde à vous, en criant sus au fascisme, le petit doigt sur la couture du pantalon. A force de crier au loup, vous lui ouvrez grand les portes de la ville. Osez changer de politique, osez vous remettre en cause. Redonnez la parole à ceux qui vous ont élu et que vous désespérez chaque matin.
La bataille politique ne peut se réduire à la diabolisation du FN. Cette grossière opération de communication politique n’est que le révélateur d’une politique de renoncement et d’impuissance. Elle aura pour seul effet de faire monter encore plus un vote décomplexé chez ceux qui veulent « donner une leçon » à un pouvoir sourd à leur colère et muet face à leur désespoir.
Monsieur le Premier ministre, je vous en conjure : arrêtez d’instrumentaliser à bon compte le parti de la haine ; arrêtez de jouer avec la peur du 21 avril. Il est déjà là. L’heure n’est plus aux gesticulations inutiles, mais à la mise en œuvre des solutions qui assèchent son influence.

Source : http://blogs.rue89.nouvelobs.com/chez-noel-mamere/2015/03/09/diabolisation-du-fn-trop-cest-trop-234323

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans Noël Mamère Valls FN ça suffit
commenter cet article
9 mars 2015 1 09 /03 /mars /2015 16:41


A la mort de De Gaulle, celui qui s'appelait encore Hara-kiri Hebdo titrait : "Bal tragique à Colombey : 1 mort", ce qui lui a valu une interdiction et un changement de nom : Charly Hebdo.
Le PS se meurt, paix à son âme.

Dans un entretien à Médiapart, Benoît Hamon, ancien ministre, a fait preuve de lucidité en déclarant que son parti "ressemblait à la défunte SFIO".
La SFIO, en fin de vie, a été ressuscitée en PS par Mitterrand, un politicien machiavélique qui se fichait de la gauche comme de sa première chemise, pour lui c'était le seul moyen d'atteindre l'Elysée.
Son coeur était bien à droite, il l'a montré en faisant allégeance aux marchés deux ans après son élection, en 1983, puis en incorporant des ministres de droite lors de son second mandat.

Hamon a raison quand il dit "Le PS est fragile et il ressemble beaucoup à la défunte SFIO quand il veut concilier des pratiques à droite avec des discours à gauche."
Est-on dans la droite ligne du socialisme triomphant quand Hollande et Valls veulent faire passer la remise en cause des seuils sociaux, la facilitation des licenciements, permettre davantage de privatisations, défiscaliser la possibilité d’actions gratuites sans donner de coup de pouce au Smic, la remise en cause des 35H, le travail du dimanche sans plancher de compensation, la facilité plus grande désormais de mettre en œuvre les plans sociaux, la création d’une niche fiscale en faveur de la distribution d’actions gratuites, la possibilité de légiférer par ordonnance en matière environnementale
Aujourd'hui, le PS creuse sa tombe.

Ce qui nourrit le FN, c'est l'impression que le PS apparaît résigné et impuissant, l'impression qu'il fait la même chose que la droite, une indifférenciation où les Français ne voient plus le clivage droite-gauche.

A deux semaines des élections départementales, et alors même qu'un sondage nous apprend que plus de la moitié des Français seraient tout disposés à supprimer les conseils généraux, celui qui rêve d'une alliance avec le centre, Manuel Valls a tout simplement perdu le contrôle de lui-même : "Je n'ai pas peur pour moi (...) J'ai peur pour mon pays, j'ai peur qu'il se fracasse contre le Front National".
Il joue le rôle du médecin qui annonce la survenue d'une "maladie mortelle" qui emporterait sa personne sans se demander quelles en sont les causes (chômage, pauvreté, politique favorable à la finance,....) !
J'insiste sur "emporterait sa personne" car ce qui compte est sa carrière politique, surtout pas les conditions de vie des !français.

Dans son délire, il s'en est pris à Michel Onfray, l'accusant de "perdre les repères" et de préférer l'intellectuel de la Nouvelle Droite à Bernard Henry-Lévy.
Sur France Inter, 7H50, en qualifiant le 1er sinistre de "crétin", le philosophe a répondu à celui qui ne représente pas la gauche : "Je fais juste mon travail de philosophe en disant que je préfère une idée juste, et mon problème n'est pas de savoir si cette idée juste est de droite ou de gauche. J'ai l'impression que Manuel Valls pense le contraire, c'est à dire qu'il préfère une idée fausse, pourvu qu'elle soit de gauche, à une idée juste si elle est de droite."
Cette répartie me satisfait quand je pense aux socialistes saint-quentinois qui se disent de gauche (après avoir jeté le poing et la rose à la poubelle) et qui s'agenouille devant la politique d'Hollande, oubliant son incompétence et son impuissance à améliorer le sort du peuple de France.

Ne voulant pas être trop long, je n'évoquerai pas la dérive fasciste de Valls, soutenu par Hollande, comme les observateurs l'ont noté dans le Tarn, ce sera pour une autre fois.

Dans 15 jours on vote, le meilleur signal que les Français peuvent lancer au PS sclérosé est la perte de dizaines de départements.

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans PS Valls Michel Onfray FNSEA
commenter cet article
8 mars 2015 7 08 /03 /mars /2015 18:18


Je n'ai pas rencontré mes idoles des années 60, Miles Davis ou John Coltrane, d'une part parce qu'il fallait aller à Juan-les-Pins ou à Nice, mais aussi parce qu'ils devaient être hyperprotégés.

Au début des années 80, quand saint-Quentin organisait unfestival de jazz sur 4 jours, j'ai eu l'occasion de rencontrer pas mal de "pointures" made in USA. J'ai le souvenir d'un repas après concert au Brasilia avec le pianiste Dollar Brand, il m'avait dédicacé les 2 ou 3 disques que j'avais apporté et donné son adresse à New-York. Je n'y suis jamais allé, s'il agissait ainsi dans toutes les villes, les visiteurs devaient se présenter à sa porte.
Avec la complicité du sonorisateur, pendant 3 ans, j'ai enregistré tous les concerts, plus d'une dizaine de bandes, mais hélas je ne dispose pas de magnéto à bandes pour les numériser.

Toujours dans les années 80, avec mon copain Jean, nous nous sommes rendus à Cambrai à un concert d'Art Blakey et ses Jazz Messengers, maître incontesté du style hard-bop et découvreur de talents, il devait être accompagné d'un jeune trompétiste Wynton Marsalis, et nous avons découvert un "gamin" talentueux Térence Blanchard.
A l'entr'acte, nous avons gagné les coulisses et trouvé Art Blakey dans sa loge, assis devant un carton de Bordeaux !
"J'adore le vin rouge français" a-t-il dit en français avec un fort accent américain.

Pour illustrer ce souvenir, un "tube" des Jazz Messengers des sixties.
Personnel: Lee Morgan (trumpet), Benny Golson (tenor sax), Bobby Timmons (piano), Jymie Merritt (bass), Art Blakey (drums)

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans Jazz Art Blakey
commenter cet article
7 mars 2015 6 07 /03 /mars /2015 14:51


Dans 15 jours, on va voter pour élire les conseillers départementaux. Après avoir redécoupé les cantons, les divisant par 2 mais sans changer le nombre de conseillers en créant des tandems, le gouvernement a fixé la date des élections sans avoir précisé quelles seront les compétences de ces conseils départementaux.
Nous allons donc voter pour une coquille vide !
Quant aux conseillers généraux sortants et à nouveau candidats, pourront-ils faire valoir un bilan ?

Avec la maladroite intrusion d'Hollande dans la campagne : «Les propositions du FN sont autant de reculs pour notre pays». «La seule attitude à avoir, c’est d’aller chercher les électeurs du FN, les arracher même pour leur parler et les convaincre»; maladroite car, depuis son élection, la France ne cesse de reculer !
Quand Valls multiplie les meetings aux 4 coins de l'hexagone en consacrant la majeure partie de son discours à dénoncer le danger que représente selon lui le Front national : «Le danger est là devant nous, il est immense (....) et pourtant, il y a comme une étrange accoutumance, presque une forme d'endormissement généralisé » [meeting à Boisseuil, 5 mars]
les élections purement locales deviennent des élections nationales, avec comme conséquence : en cas d'échec du PS, Valls devra en tirer les conséquences !

Pour Hollande, Valls et quelques socialistes égarés, les élections départementales se résument à tirer une sonnette d'alarme pour "arracher" les électeurs égarés tentés par un vote protestataire pour un parti "infréquentable" et "antirépublicain", et bien entendu sans dire pourquoi il est "antirépublicain" !

Le FN "un danger" ? Le FN "antirépublicain" ?
Ce ne sont pas ces pauvres arguments qui vont "arracher" les malheureux électeurs détournés du "bon choix".
Les Français ont d'autres préoccupations, vitales celles-là : le pouvoir d'achat qui s'effrite, la pauvreté grandissante, et le chômage de masse (d'après le dernier rapport de l'INSEE, pour la 1ère fois, le taux a dépassé 10% en 2014), toutes les conséquences de la politique menée par Hollande.

C'est pourquoi les socialistes n'étaient que 20 à manifester contre la venue de Marine Le Pen à Saint-Quentin jeudi dernier, réunion qui a rassemblé 200 élus, candidats et sympathisants.

D'après Emmanuel Mousset : "Yannick Lejeune prétend que les frontistes étaient 200 salle de Verdun, c'est un menteur : de source sûre, j'affirme qu'ils étaient une centaine,...."
Mais qui est menteur quand, dans le Courrier Picard, les journalistes BENJAMIN MERIEAU et ALICE MEUNIER écrivent : "Deux cents adhérents à la conférence"
Donc, selon le socialiste égaré, les journalistes du Courrier Picard seraient des menteurs !

Enfin, j'aimerais bien qu'on me dise exactement en quoi le FN serait "antirépublicain"; s'il menace la république, il faut immédiatement l'interdire !

En fait, il menace le doux ronron des deux partis qui se qualifient de "partis de gouvernement" chérissant l'alternance, "je te passe le pouvoir, mais après je le reprends".

Quoiqu'on fasse,quoiqu'ils fassent, désormais nous vivons avec 3 partis !

Repost 0
6 mars 2015 5 06 /03 /mars /2015 14:16

D'après Le Monde.fr, "C'est à un vote sans enthousiasme et sans passion que se sont livrés, vendredi 6 mars à Albi, les conseillers généraux du Tarn. A la quasi unanimité, 43 sur 46 – deux conseillers PCF, Roland Foissac et Serge Entraygues, et un écologiste, Jacques Pagès ont voté contre –, ils ont accepté, pour nombre d'entre eux à contrecœur, l'abandon du projet de barrage initial dans la forêt de Sivens. Droite comme socialistes et radicaux ont soutenu la proposition du président du conseil général, Thierry Carcenac, de « réaffirmer la nécessité de réaliser une retenue redimensionnée dans la vallée du Tescou, de dire que cette retenue se fera sur la zone de projet »."

L'union UMPS mise à part, cette décision n'est pas acceptable, certes le CG du Tarn est en poste jusqu'au 22 mars, mais pour une décision aussi importante, il aurait dû attendre le renouvellement du conseil départemental
Thierry Carcenac, président du CG depuis 24 ans et sénateur PS, fait partie des professionels de la politique qu'une majorité de Français rejette. Lui et sa majorité peuvent être remerciés après les élections.

Le pouvoir machiavélique de Valls se sert des milices pro-barrages de la FNSEA particulièrement violentes, comme le rapportent des journalistes indépendants.
Il n'est pas étonnant que Valls, le menton toujours dressé mais les actes décevants voire inexistants, jour après jour, plonge dans les sondages de popularité.

«On ne connait pas assez bien le dossier, interrogez plutôt quelqu’un du coin, d’ailleurs on va bientôt s’en aller», voici la déclaration d'un milicien faite à un journaliste, car les "gros bras" de la FNSEA viennent des départements voisins, Haute-Garonne, Gers,.... armés de pioches, de bâtons et même de tronçonneuses !
"Ta gueule, salope" lance, la tronçonneuse en action, un pro-barage à une écolo
Source :
http://www.reporterre.net/Arme-d-une-tronconneuse-le

Sachez que le projet de barrage a été jugé illégal par Bruxelles et que la violence des gendarmes a coûté la vie à Rémy.

Valls et Hollande favorables à ce projet, comme ils le sont aux 29 projets de fermes usines, démontre que l'écologie et leur idéologie font deux univers différents, pas étonnant que pour les départementales les listes PS/EELV sont minoritaires

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans Sivens écologie Hollande Balls
commenter cet article
5 mars 2015 4 05 /03 /mars /2015 20:42


Le combat était inégal, les uns étaient 200, 200 qui avaient accepté de payer 8 euros pour prendre le pot de l'amitié, les autres étaient 20, venus gratuitement sans boire un coup.

300 participants à Doulens, une ville de 6 000 habitants, 200 à Saint-Quentin soit 10 fois plus que le PS local peut rassembler, un succès qui confirme les sondages relatifs aux départementales.

D'après le Courrier Picard, nullement gêné par son parti-prix, les candidats aux départementales étaient "venus en nombre", Lançon et Berlemont, ce qui fait 2 sur 20 !

Interviewés parmi les 20 manifestants socialistes, Denise et Claude, retraités venus de Jussy ont déclaré : «Il était hors de question de ne pas y aller, soutient Denise. Malheureusement, on ne pouvait pas imaginer que les années 1930 reviennent si vite. Je crains vraiment ce que je vois autour de moi. Ici, il est facile que le FN grimpe, car tout le monde est au chômage. C’est aussi la preuve que beaucoup n’ont aucune capacité de réflexion.»
Mais si Denise, le peuple qui souffre de l'incapacité d'Hollande à inverser la courbe du chômage réfléchit ! Les gens n'en peuvent plus, contrairement à ceux qui sont en retraite !

Pour Jean-Pierre Lançon, candidat (PS) aux élections départementales pour le canton Saint-Quentin centre Vermand, et toujours à côté de ses charentaises : «On a déjà essayé le FN dans la plus sombre histoire de notre époque qu’ont connu nos parents et nos grands-parents.»
Je ne crois pas que le FN existait pendant l'occupation !
Par contre le duo Hollande/Valls on le supporte tous les jours (difficilement) !

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans FN PS
commenter cet article

Articles Récents