Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

15 mars 2007 4 15 /03 /mars /2007 15:45
Sarkozy, champion du gagnant-gagnant
La ristourne accordée à Nicolas Sarkozy, lors de l’achat de son duplex, ne devait rien à ses beaux yeux, ni même à ses talents d’avocat d’affaire, découvre-t-on
cette semaine à la lecture du Canard enchaîné. Elle tiendrait plutôt à un accord gagnant-gagnant, comme dit une candidate, entre le vendeur et
l’acheteur.
Le Canard affirme que le promoteur immobilier Lasserre, qui a consenti une ristourne au couple Sarkozy, avait auparavant obtenu un rabais sur les terrains municipaux où a été construit l’immeuble.
Selon l’hebdomadaire satirique, « l’opération peut se résumer à un joli coup de bonneteau sur les droits à construire que le groupe Lasserre était tenu de verser à la ville de Neuilly pour pouvoir édifier trois immeubles sur l’île de la Jatte », et « notamment celui dans lequel Cécilia et Nicolas ont acheté leur duplex avec plus de 300.000 euros de réduction ».
L’hebdomadaire explique que le promoteur a été autorisé à acheter en deux fois les terrains concernés, la deuxième partie de l’opération s’étant faite à un prix inférieur de 20%, « une sorte de crédit gratuit », selon un haut fonctionnaire parisien spécialisé dans ce domaine, cité par le Canard.
« En deux ans, les prix ont baissé de 20% et le promoteur Lasserre a économisé 2.000 F par mètre carré, soit un total de 5.080.000 F (775.000 euros). Autant de moins pour les caisses de la ville de Neuilly », écrit l’hebdomadaire. Il est vrai que ce n’est pas la ville la plus démunie de France...
Et le logement social ?
Le ministre de l’Intérieur répond à cette accusation dans les mêmes colonnes, en affirmant que « la ville de Neuilly et la Sem 92 ont fait face en 1997 à un effondrement du marché immobilier ». M. Sarkozy ajoute que « dans ce contexte les nombreux promoteurs contactés se refusaient à réaliser la troisième tranche de l’île de la Jatte ». Pour la Sem des Hauts de Seine, « il était indispensable de vendre les terrains et c’est ainsi qu’elle a cédé des parcelles de la troisième tranche au prix adapté à la réalité du marché au seul promoteur qui acceptait de s’engager sur la réalisation de cette troisième tranche », explique encore M. Sarkozy.
Répondant à ces affirmations, l’hebdomadaire satirique conteste la réalité de l’« effondrement du marché immobilier » au cours de l’année 1997 mis en avant par le ministre de l’Intérieur et souligne que la chute du marché date de 1992-1993 et non 1997.
C’est la troisième semaine que l’hebdomadaire satirique accuse le ministre-candidat d’avoir bénéficié de faveurs pour l’achat de son appartement de Neuilly, qu’il a depuis lors revendu. A chaque fois, nos confrères du Canard fournissent des preuves de ce qu’ils avancent. Mais, par on ne sait trop quelle timidité, les grands médias répugnent à se faire l’écho de leurs informations. Elles suscitent pourtant quelques questions dans tout esprit curieux.
En voici une, à titre d’exemple : Nicolas Sarkozy, on le sait, explique le faible nombre de logements sociaux à Neuilly (3%) par l’absence de terrain constructible.
Pourquoi n’a-t-il donc pas profité de ce refus des promoteurs pour donner une affectation sociale à ce terrain municipal ?

Partager cet article

Repost 0
Published by quintinus
commenter cet article

commentaires

Articles Récents