Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

5 mars 2007 1 05 /03 /mars /2007 18:52

Voici un article qui montre bien qu'il y a une Droite d'un côté avec 3 candidats tous d'accord et une gauche avec Ségolène !
20Minutes.fr | 05.03.07 | 17h20
Même si Dominique de Villepin se dit prêt à participer à une augmentation de capital, les politiques s'interrogent plutôt sur la place des régions dans le capital d’Airbus.
La question divise les candidats à l’éléction présidentielle qui
tentent plus que jamais de s’investir dans ce dossier politique, économique et social. Pour Ségolène Royal, la réponse est oui. Accompagnée des présidents de régions, elle a souhaité «que l'Etat tende la main à cette initiative qui est prise pour que tous ensemble, nous puissions défendre la filière aéronautique française et européenne».
La candidate socialiste a énoncé un plan d'action pour Airbus en quatre points. Outre l'augmentation de la participation de l'Etat au capital de l'entreprise
et la stabilisation de l'actionnariat privé, elle a demandé que l'Etat prenne «les dispositions juridiques pour autoriser les régions à entrer dans le capital de l'entreprise». Une idée déjà concrétisée en Allemagne où les Länder participent au capital de l’entreprise.
Elle demande aussi à l'Etat qu'il apporte «des aides à la recherche-développement» pour qu'Airbus «puisse développer ses programmes avec des moyens de même ampleur que ses concurrents, et qu'il mette en place un plan de soutien à la sous-traitance, qui est durement touchée par la restructuration annoncée».
Ségolène Royal doit de nouveau aborder le dossier Airbus mardi à Berlin avec Angela Merkel.

Nicolas Sarkozy opposé à la participation des régions
Des propositions attaquées par le candidat de l’UMP Nicolas Sarkozy : «Franchement, j'espère que Mme Royal a d'autres idées. Cette prise de participation des régions serait sans droit de vote. Vous vous rendez compte d'une solution! Vous pensez que c'est avec ça qu'on pourrait sauver Airbus». Le candidat UMP a en revanche envisagé une augmentation de la participation de l’Etat dans le capital de l’avionneur. Interrogé sur cette solution, il a répondu : «Pourquoi pas ?».

François Bayrou a lui aussi rejeté l’idée que les régions pourraient faire l’entrée dans le capital d’Airbus, jugeant ce projet «totalement irréaliste et à mille lieux de ce qu'il faudrait comme réponse pour l'entreprise». «Il n'est pas imaginable qu'on aille prendre l'argent du contribuable, des régions françaises, pour aller faire un travail industriel à Airbus. Cette logique là conduirait à ajouter aux rivalités nationales des rivalités régionales», a-t-il expliqué. «Cela voudrait dire qu'il faudrait mobiliser des milliards d'euros et les régions françaises sont absolument dans l'incapacité» de le faire, selon lui.
«Je suis pour que l'Etat fasse face à ses responsabilités comme actionnaire mais pas seul», a ajouté le candidat UDF en soulignant le rôle des actionnaires privés comme Lagardère et Daimler-Chrysler, qui ont une délégation de gestion.

Quant à Jean-Marie Le Pen, il a estimé sur France Inter que «pour l'instant», l'Etat ne peut rien faire. Il a rappelé que «l'Etat a des représentants au conseil d'administration plus compétents que les candidats à la présidence de la République». Le candidat du FN a jugé que les difficultés d'Airbus étaient «prévisibles». «Le seul fait qu'il y ait des co-présidents me paraît déjà une condamnation et une démarche rédhibitoire», a-t-il tranché.

Partager cet article

Repost 0
Published by quintinus
commenter cet article

commentaires

Articles Récents