Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 17:28
PARIS, 16 février 2007
Le ministre de la santé, Xavier Bertrand, a estimé, lors d'une interview accordée vendredi après-midi à la radio BFM, que la décision du conseil de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie (Uncam) "n'a pas fermé la porte pour aligner le Carif généraliste au niveau du Carif Spécialiste à la fin 2007".
"La seule chose, c'est que l'assurance maladie a demandé à ce que l'on procède en deux étapes. Donc une revalorisation d'un euro, là, à partir du début du deuxième semestre, et il faudra ensuite voir les résultats", a expliqué le ministre à la radio.
Alors que les syndicats de médecins réclament que le tarif de la consultation des généralistes soit porté à 23 euros le plus tôt possible, le conseil de l'Uncam a adopté le principe d'une première étape de revalorisation du "C" (21 euros) au second semestre 2007. Il a indiqué qu'une deuxième étape pourrait intervenir en fonction des résultats de maîtrise médicalisée obtenus en 2007 et 2008, des objectifs qualitatifs de l'Ondam 2008.
"Je trouve normal, si l'on veut avoir suffisamment de médecins dans les années à venir, qu'on sache les rémunérer. A une condition: il ne faut pas que cela demande quoi que ce soit comme effort supplémentaire pour les assurés sociaux. Nous avons le moyen de procéder à cette revalorisation sans qu'il y ait d'augmentation des efforts pour les assurés", a affirmé le ministre de la santé.
Il a indiqué par ailleurs qu'il présenterait avant la fin février le rapport demandé au directeur santé de la Mutualité sociale agricole (MSA), Pierre-Jean Lancry, sur les conséquences juridiques de l'alignement du statut des généralistes sur celui des spécialistes.
"Est-ce que oui ou non, nous avons une obligation juridique ? J'ai tendance à le croire, je l'ai déjà dit", a-t-il précisé.
Ce qui veut dire en langage clair que Xavier Bertrand prend les assurés électeurs pour des imbéciles, car le Ministre/Porte-parole de la Droite dure a le couteau sous la gorge.
S'il peut me trouver un spécialiste à 23 euros, je lui dresse une statue !
Le Munistre, attentif aux exigences des laboratoires pharmaceutiques, des propriétaires de réseaux de téléphone mobile, est désormais soumis à la pression des syndicats de médecins libéraux qui ontdemandé une prise de position du ministre.
Xavier Bertrand est sous la menace des syndicats de médecins qui soulignent que les suites des erreurs de 1995 ont été largement sanctionnées par les médecins de 1997".
L'argument du Ministre " la grave crise" démographique appelle "des mesures immédiates et courageuses", prète à sourire : pour faire pousser des toubibs, surtout électeurs UMP, il suffit  de les payer plus !
Cette mesure électoraliste ne sera pas sans conséquences sur les cotisations de nos complémentaires.

Partager cet article

Repost 0
Published by quintinus
commenter cet article

commentaires

Articles Récents