Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

12 février 2007 1 12 /02 /février /2007 17:11
Nicolas Sarkozy, candidat UMP à l'élection présidentielle, a stigmatisé la "démocratie d'opinion", dimanche à la Mutualité à Paris, au moment où sa rivale socialiste Ségolène Royal doit présenter son "pacte présidentiel", après l'étape des débats participatifs qu'elle a menés.
"Je suis candidat pour changer les choses. Pour dresser une volonté humaine contre la fatalité. Pour combattre la tentation du renoncement", a affirmé M. Sarkozy, devant les responsables de ses comités de soutien locaux.
Selon l'UMP, il y a environ 2.000 personnes à la Mutualité.
"Je ne comprends pas que l'on puisse être candidat seulement pour accompagner le mouvement sans vouloir à aucun moment l'infléchir. Je ne comprends pas que l'on puisse être candidat en ayant chevillée au corps l'idée que la politique ne peut plus rien et en ayant comme idéal la démocratie d'opinion, parce que la démocratie d'opinion c'est l'ultime renoncement de la politique", a-t-il dit.
"Pour moi, la politique c'est de la volonté. C'est aussi des valeurs (...) La crise actuelle est d'abord une crise des valeurs. C'est une crise morale", a-t-il poursuivi.
M. Sarkozy a également affirmé qu'il voulait "faire campagne sur les valeurs, sur la morale". "Je veux mettre la morale au coeur de mon projet politique.
Je veux réunir les Français sur des valeurs", a-t-il martelé.
Les comités de soutien locaux à la candidature de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle s'étaient réunis dimanche en fin de matinée à la Mutualité.
M. Sarkozy a réuni ses comités de soutien - plus de 3.000 personnes - dans ce haut lieu de la gauche à Paris, le jour même où sa rivale socialiste Ségolène Royal doit dévoiler son projet.
"La victoire me créerait l'obligation de l'ouverture", a affirmé M.  Sarkozy cette semaine, plaidant pour "un rassemblement voulu et assumé".
Elu UDF rallié à la candidature du président de l'UMP, André Santini, député-maire d'Issy-les-Moulineaux (Hauts-de-Seine), est arrivé à la Mutualité sous les acclamations du public.
Christian Blanc, député apparenté UDF des Yvelines, était également présent.
Samedi, Nicolas Sarkozy a affirmé qu'il voulait "constituer la plus belle équipe de France, la plus talentueuse", dans la perspective de l'élection présidentielle.
Le candidat UMP à la présidentielle était interrogé par la presse, à son QG de campagne, sur la présence du député UDF André Santini, dimanche, à la réunion de ses comités de soutien locaux. Christian Blanc, député apparenté UDF, rallié à M. Sarkozy, devrait également être là.
"Je veux rassembler le plus grand nombre possible de gens, je suis quelqu'un d'ouvert, pas un homme de clan, je déteste le sectarisme (...) je veux ouvrir au maximum et que chacun puisse se reconnaître dans le projet politique qui est le mien", a assuré M. Sarkozy.
"Je ne demande à personne de se renier, je veux constituer la plus belle équipe de France, la plus talentueuse pour faire le travail qu'on a à faire. J'aime la différence (...) On va bien au delà des clivages, des habitudes, c'est une nouvelle époque qui s'ouvre pour la France", a-t-il également affirmé.
Il s'est déclaré "énormément touché" par Roger Hanin, l'acteur (et beau-frère de François Mitterrand), qui s'est prononcé en sa faveur.
Le candidat a également expliqué qu'il avait demandé à l'ancien international de football français d'origine ivoirienne, Basile Boli, de l'"aider à faire que la France des différences, cette France multiple, puisse se reconnaître dans les élites qui, elles aussi, peuvent être multiples".
"Je veux que chacun puisse avoir sa place et je veux que Basile Boli exprime cette idée que, quelle que soit la couleur de sa peau, on peut rêver d'une promotion sociale et de l'exercice d'une grande responsabilité", a-t-il dit.
Remarque : la salle était entourée de nombreux cars de police, Sarkozy se méfie des quartiers populaires !

Partager cet article

Repost 0
Published by quintinus
commenter cet article

commentaires

Articles Récents