Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

12 juillet 2015 7 12 /07 /juillet /2015 15:46


en 2009, l'état de Californie, 8e puissance économique mondiale, s'est retrouvé en cessation de paiement, avec un déficit de 26 milliards de dollars, fermeture des bureaux de services publics trois jours par mois, fonctionnaires avec un salaire diminué, écoles en faillite, professeurs licenciés, classes de vacances annulées, réductions de prestations sociales aux handicapés, baisse du budget des prisons et suppression de l'assurance médicale d'un million d'enfants.
Le gouverneur, Arnold Schwarzenegger, avait appelé les californiens à s'exprimer sur 6 questions relatives à une politique budgétaire et fiscale drastique. Sur les 7 questions posées par le référendum, les californiens en ont rejetées 6 avec une majorité allant de 60 à 65%. Seule la réduction des salaires des élus a été approuvée à 72%.
Est-ce que l'état fédéral a proposé de sortir la Californie de l'espace dollar ?
Pas du tout, la solidarité a joué son rôle.

Alexis Tsipras, qui n'est au pouvoir que depuis 6 mois, doit assumer le bilan catastrophique laissé par le socialiste Papandréou mais aussi celui laissé par la droite qui a tout fait pour préserver les intérêts des privilégiés
Il a proposé des réformes dont certaines n'étaient pas dans le programme qui l'a porté au pouvoir, mais qui étaient demandées par la troïka, en particulier par le FMI.
Mais pour Mme Merkel et ses alliés sociaux-démocrates, Siryza est un abcès dans "son" Europe qu'il faut éliminer à tout prix, alors Grèce exit de mon europe aux ordres. La solidarité entre états passe après la défense du pouvoir d'achat de ses nombreux retraités.

A l'origine, l'europe était une excellente idée, la première erreur a été d'instaurer une monaie unique entre des états à la fiscalité hétérogènes, aux droits sociaux hétéroclites.
JC Juncker, 1er donneur de leçon, a fait du Luxembourg un paradis fiscal illégal où les privilégiés grecs cachent leur magot, Merkel, autre donneuse de leçon, autorise certains salariés à travailler pour 1 € de l'heure.

La Grèce a subi un siège héroïque, la sortie exigée par Merkel ne l'est pas ; la démocratie doit se plier, le pays est humilié, assiégé, les vivres sont coupés, il faut déposer les armes: l'austérité ou rien.

Le référendum était la seule arme dont disposait Alexis Tsipras pour s'opposer à la tentative de coup d'Etat en cours, une arme de dernier recours pour empêcher le renversement de son gouvernement et le retour aux affaires des mêmes, des personnalités, des mêmes partis corrompus ayant mis l'économie et la société grecques en coupe réglée au cours des quarante dernières années.

Dans l'Union d'aujourd'ui, les peuples sont absents, on l'a vu avec le traité de Lisbonne, revival de celui de 2005, puis avec le traité "Merkozy", ratifié en douce par Hollande, la finance gère l'europe par l'intermédiaire de gens non élus.
Au fait où est Hollande, lui si prompt à occuper les médias pour un oui ou pour un nom ?

Partager cet article

Repost 0
Published by JC Le Garrec - dans Grèce Merkel Tsipras oligarchie
commenter cet article

commentaires

PROFILER 13/07/2015 10:26

Avec les affaires KERVIEL et TAPIE , on voit les limites de tous ces magouilleurs qui plombent les économies des états et mettent en esclavage les populations .............
.

Euclide 13/07/2015 10:00

La finance (les créanciers) sont au pouvoir !
Changeons l'Europe !

Articles Récents